En attendant le déconfinement …

Il y a plusieurs semaines, nous apprenions que nous allions devoir être confinés dans nos lieux de vie, que les enfants n’iraient plus à l’école, que notre façon de travailler allait devoir changer… Bref, que nous allions devoir nous A-DAP-TER !

Dans un premier temps, il s’agissait de trois semaines ! Mais comment allions nous faire ??? Et puis le temps du confinement a été prolongé… Et il semble bien que nous y soyons parvenus !

Aujourd’hui le déconfinement pointe le bout de son nez. Des dates semblent se préciser et cela sonne à la fois comme une libération mais aussi comme une angoisse.

D’abord parce que concrètement, nous n’avons aucune idée de comment ce déconfinement va se dérouler. On nous explique qu’il sera progressif, notamment pour le retour à l’école où cela ne concernera que certains élèves et que certains jours de la semaine, mais aussi pour les rencontres familiales et les loisirs.

Avec toutes les questions qui restent en suspens, il n’est pas facile, pour nous, intervenants, de nous préparer aux modifications que ce déconfinement va apporter à nos pratiques professionnelles soit parce que nous allons reprendre le travail auprès des familles, organisé à distance ces dernières semaines, soit parce qu’en hébergement nous avions trouvé une « routine », un rythme qui sécurisait à la fois les enfants et les intervenants.

Alors que cet équilibre, cette A-DAP-TA-TION semblaient s’installer, nous voilà, à nouveau, aux prises avec un changement, de nouvelles questions, de nouvelles peurs, et de nouveaux comportements à adopter…

Malgré les nombreuses questions qui persistent, que pouvons nous faire, dans un premiers temps, avec les enfants et les familles dont nous nous occupons ?

Leur expliquer que le déconfinement sera progressif

Si dans notre esprit d’adulte, nous avons du mal à nous projeter dans l’après 3 mai, imaginez-vous  ce qui se passe dans la tête des enfants et de certains parents… La première chose à faire, c’est donc de leur expliquer que le déconfinement ne signera pas le retour à la vie d’avant, en tout cas pas immédiatement.

Par exemple, les enfants doivent savoir que leur retour à l’école n’aura pas forcément lieu le même jour pour tous et qu’ils n’iront pas tous les jours de la semaine. Leurs journées de classe seront probablement différentes de ce qu’ils connaissent, au moins jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Certes, avant la fermeture des écoles le 15 mars, ils ont eu un avant-gout de la cohabitation entre l’école et le Covid-19 : les instituteurs ont insisté sur le lavage des mains et ont recommandé aux enfants de ne pas se tenir la main, notamment dans la cour de récréation. Vous avez ensuite continué en institution et/ou auprès des familles.

Vous pouvez vous servir de ces exemples pour leur dire, dès à présent, que le déconfinement sera accompagné de nouvelles habitudes et il serait utile de leur détailler et leur expliquer ces nouvelles habitudes.

Revoir les gestes barrière avec les enfants et les parents

En effet, même si ceux-ci ont été appliqués dans un premier temps, il est probable que, le temps faisant, et plus encore l’absence de personnes malades autour d’eux, les ont amenés à diminuer leur application. N’imaginez donc pas que les gestes barrières sont totalement acquis. Affichez-les dans plusieurs endroits. Il en existe de plus en plus sympas selon l’âge des enfants.

  • La distanciation « sociale » 

En dehors des rares sorties, très limitées, que vous faites ou qu’ils font en famille, ils ne croisent personne et n’ont donc pas l’occasion de s’habituer à la distanciation sociale. Bien entendu, il ne faut pas les effrayer ! Mais il est important de leur expliquer qu’ils doivent rester à 1,5 mètre au moins des autres personnes, et de leur montrer ce que cela représente. 

Vous avez encore quelques jours devant vous pour les y entraîner de manière ludique et pour afficher partout des petits rappels « accrocheurs ».

On vous relaye ici 12 chouettes idées pour que ça rentre tout doucement et que ça devienne une nouvelle habitude.

  • Le lavage fréquent et minutieux des mains. Profitez- en pour vous assurer qu’ils ont bien acquis l’importance du lavage des mains, et reprenez avec eux la façon dont il faut s’y prendre pour se laver les mains de façon vraiment efficace !

N’hésitez pas à réutiliser les outils ludiques que vous aviez imaginé ou montré en vidéo (expé des paillettes, expé de la peinture sur les gants https://www.youtube.com/watch?v=Yld9Jjj0MqE)

  • Lorsqu’on tousse/éternue, il s’agit de le faire dans son coude. Si cela peut les faire rire ou les aider à y penser, proposez leur de voir cela comme un « dab anti-covid »
  • Les mouchoirs dans les poubelles fermées (« le piège à microbes »)
  • Ne pas se donner/serrer la main ni se faire la bise pour se dire bonjour/aurevoir. Pour les enfants, faites appel à leur créativité pour imaginer d’autres façons de se saluer en respectant toutes les consignes. Et dans vos contacts avec les parents, même s’ils connaissent les mesures, n’hésitez pas à leur dire que vous leur dites bonjour « différemment » au vu des circonstances. Evitons les malentendus…

S’entraîner au port du masque pour les enfants

Les enfants de plus de 12 ans seront obligés de porter un masque toute la journée et il est probable que ce soit même souhaité pour les plus jeunes également. Pour beaucoup d’enfants, porter un masque fait peur. Certains détestent ça, même lorsqu’il s’agit de se déguiser. Et soyons honnêtes, bon nombre d’adultes ne sont pas non plus enchantés à l’idée de porter un masque après le déconfinement.

Pourtant, il semble que cela soit un moyen efficace (en plus des autres gestes barrières) pour se protéger et protéger les autres. Il sera donc imposé dans certains lieux publics et sur les lieux de travail lorsque la distance suffisante ne sera pas  possible à respecter.

Pour éviter les blocages ou les incompréhensions, que pensez-vous d’en parler ou mieux de l’expliquer en s’entraînant dès à présent ?

N’oubliez pas qu’il ne s’agit que d’un entraînement. Vous pouvez donc utiliser un foulard ou un essuie que vous nouez autour de la bouche ET du nez. Le jeu diminuera l’angoisse, la connotation « maladie » et le sentiment de gêne. Bien que certains y soient déjà habitués soit lors de sortie, soit au sein même de l’institution. C’est aussi de leur apprendre, toujours par le jeu, la façon dont ils devront utiliser le masque notamment :

  • ne pas toucher le masque ! surtout pas quand on a les mains sales
  • ne pas se toucher les yeux lorsque l’on a touché le masque
  • ne surtout surtout pas prêter ou échanger le masque avec un copain à l’école
  • ne pas utiliser le masque comme serre-tête ni comme cache-cou 

C’est peut-être l’occasion, pour vous-même, d’apprendre comment l’utiliser. Et pour les parents, profitez de ce temps pour les contacter et leur faire part de toutes les mesures, de voire leur compréhension, de leur expliquer si vous allez pouvoir les revoir chez eux ou aux bureaux ou institution. Bref, prenons le temps d’apprendre ces nouvelles habitudes qui vont nous accompagner longtemps…

Vous avez des doutes quant à ce port du masque ? Vous vous dites que les enfants n’y arriveront pas ou que ce n’est pas utile… Nous n’avons pas de réponse consensuelle et claire donc voici de quoi alimenter votre propre réflexion.

Et surtout…

Ecoutez les questions des enfants sur le déconfinement. Cela évite de leur transmettre des peurs, des angoisses qui sont les nôtres. 

A nouveau, en raison de ce contexte inédit, nous n’aurons probablement pas de réponse à toutes leurs questions mais vous pourrez leur dire que vous vous renseignerez ou qu’il faudra attendre les décisions des « dirigeants » du pays. 

Mais la conversation ne sera pas inutile, elle permettra aux enfants de s’exprimer, et à vous de savoir quels sont les sujets qui les préoccupent.

C’est le moment aussi des questions bonus qui méritent d’être posées et peut-être partagées en groupe…

« Quand nous pourrons à nouveau nous faire de bisous, pour qui sera ton premier bisous ? »

« Quand nous pourrons de nouveau nous taper dans les mains, tu auras envie de le faire avec qui ? »

« Quand nous pourrons de nouveau faire la bagarre gentiment, tu auras de le faire avec qui ? »

« Qu’est-ce qui te manque et que tu as très envie de pouvoir refaire ? »

« De quoi te réjouis-tu le plus ? »

Magnifiquement illustré par Valérie (institutrice à l’école primaire Notre Dame de Heusy) pour ses élèves de 1ère primaire.

Alors, bien sûr que vous ne penserez pas à tout et vous ne trouverez pas toutes les solutions. A certains moments, vous penserez ne pas être capables de répondre à toutes les conditions, ou à faire face à vos peurs et au stress inhérent à ces nouveaux changements. Vous avez probablement pensé quelque chose de similaire, le 15 mars, quand les premières décisions de confinement ont été prises.

Et pourtant, vous avez réussi sur de nombreux points à vous adapter et mieux encore à apprendre de vous en tant que parent, en tant que professionnel, au sujet des enfants, de vos collègues …

Et si vous preniez le temps de relever tout ce qui vous a rendu fier durant cette période pour vous-même ou pour les autres ? Et si vous ne savez pas trop comment vous y prendre, voici un petit exemple.